La jeune Emma nous raconte son expérience avec un père de famille...

Trois mois déjà que j'ai emménagé et je me décide enfin à prendre conseil auprès d'un menuisier car je rêve d'une cuisine toute équipée. Le menuisier est venu une première fois établir un devis. Le feeling est immédiatement passé entre nous. Lui s'appelle Pierre et moi c'est Emma. Un bel homme mature, costaud avec de larges épaules, dépassant la cinquantaine mais encore très en forme. Il connaissait son métier, proposait des prix raisonnables et m'inspirait confiance. Nous sommes vite tombés d'accord. Je lui ait fourni un double de mes clés afin qu'il puisse aller et venir à sa guise.

Par des questions détournées, j'ai su qu'il était marié père d'une fille de 24 ans et qu'il habite en Valais. Curieuse de tout, je tente dans mon esprit d'imaginer le plaisir qu'on peut ressentir en baisant avec un père de famille qui a plus du double de mon âge.

Son sourire paternel me rappelle que je pourrais être sa fille, s'il savait à quoi je pense en le regardant prendre les mesures, il rougirait. Avant que ma cuisine équipée soit terminée, j'espère le séduire. Comme toutes les jeunes femmes de mon âge, je suis curieuse, ouverte à de nouvelles expériences. Pourquoi pas lui, puisqu'il est à mon goût....

En cinq jours les travaux ont bien avancé. Le samedi matin je suis réveillée par des coups de marteau : mon menuisier travaille aujourd'hui. J'enfile un déshabillé pour le rejoindre. Je prépare deux tasses de café. On bavarde de tout de rien mais je peux sentir qu'il n'est pas aussi à l'aise que la première fois.

Le regard fuyant à cause de ma tenue légère, cela semble évident. Je n'ai rien laissé au hasard : complètement "à poil" dessous, il est forcé de voir mon corps fin et ferme, plein de fraîcheur et de fougue.

Au lieu d'aller me changer, je pousse le vice jusqu'à passer l'aspirateur dans le salon. Grâce à ma cuisine américaine, le menuisier voit mon petite derrière rebondi qui se tortille en passant l'aspirateur sous le sofa. Penchée en avant, je tapote les coussins un par un, laissant mes petits seins pointus se soulever à chaque mouvement. Je le cherche du regard, troublé il baisse timidement la tête. Je me débarrasse de l'aspirateur et m'approche de lui.

Il me tourne le dos : j'en profite pour coller mon corps bouillant contre le sien. Il se retourne le souffle court, je lui offre mon plus beau sourire d'encouragement. Il hésite, il pense peut-être que je suis une petite allumeuse.

- j'ai envie que tu me touches...

Pour lui prouver, je me colle de manière insolente à lui et j'enfonce ma langue dans sa bouche. D'abord interloqué, il me repousse doucement. Il ne résiste pas longtemps. Comment le pourrait-il d'ailleurs maintenant que je suis nue. Des lueurs dorées allument son regard, enfin ses fortes mains d'ouvrier m'étreignent brutalement, me soulèvent comme une plume pour me déposer sur le sofa.

Il se déshabille et je découvre une magnifique toison brune qui orne son torse. Je plonge ma bouche et mes mains dedans.

Il place sa main au creux de mes reins me soulevant légèrement vers lui pour titiller mes tétons avec sa langue. Il ne se contente pas de jouer avec, il les soupèse, les malaxe, les chatouille avec sa petite moustache, les agace du bout de la langue provocant en moi de toutes nouvelles sensations. Mon corps est pris de légers tremblements quand il m'ouvre délicatement les cuisses tout en les embrassant, et qu'il fourre carrément sa tête entière à mon endroit le plus intime. Mon corps ne m'obéit plus et deviens tout mou.

Je succombe... Je ferme les yeux et laisse mes hanches et mes cuisses remuer avec passion. Pierre sait très bien ce qu'il fait, expert en la matière, il redouble de patience et de sensualité : son visage remue à l'intérieur même de mes cuisses. Honteuse, je tente maladroitement de les refermer car je sens mon sexe se serrer de désir, j'arrive même à sentir que je mouille et c'est une sensation à la fois merveilleuse et déroutante.

Je miaule de chaleur quand il écarte une de mes cuisses en la maintenant avec son genou, la tête me tourne, une boule de feu explose dans mon ventre... A peine remise de mes émotions qu'il est déjà en train de caresser à nouveau mon sexe cette fois avec ses doigts... J'arrête de respirer quand ses doigts doux s'aventurent dans la raie de mes fesses, là encore il se montre prévenant tout en réussissant à m'introduire deux gros doigts dans mon anus.

Il est temps de lui rendre la pareille et je me montre une excellente élève. Sa main entraîne la mienne et la pose sur son pénis. Au début je n'ose pas puis je m'enhardie et l'attrape à pleine main. Il le dirige sur mon ventre, le glisse entre mes petits seins, je les presse alors l'un contre l'autre afin de l'entourer pour bien le faire gonfler.

Le gland est gros, bien dessiné, brillant et je ne m'arrête plus de l'embrasser, de le sucer, je réussis presque à le mettre tout entier dans ma bouche...Son sexe est à présent gonflé et c'est d'un puissant coup de rein qu'il me prend, suivit d'un autre coup encore plus puissant que le premier, me pénétrant de toute sa force, moi toute menue entre ses gros bras, ses cuisses robustes, je le laisse s'enfoncer aussi loin que possible en moi, et c'est ainsi qu'il me baise pendant de longues minutes...

J'enfonce mes ongles dans la chair tendre de ses épaules, son corps viril me retient prisonnière, une tempête de plaisir explose dans mon minou, je gémis doucement pendant que sa bouche recouvre la mienne... C'est sur mon ventre qu'il répand son sperme chaud avant qu'on s'endorme dans les bras l'un de l'autre.

Histoires récentes

© 2014 ParadisDuQ.ch | Disclaimer | Genève | Vaud | Fribourg | Neuchâtel | Valais | Jura